« M » comme… II

Publié le par Ludo

Après le « L », voici le « M » de :

 

 

 

Marathon

Bon je l’avoue, j’ai toujours ressenti une profonde aversion pour la course d’endurance. A l’aise sur courtes distances, en sprint par exemple, mes jambes d’athlètes exagérément musclées accusaient toujours sérieusement le coup quand on leur demandait de couvrir plus de 200 mètres. Je pense que la raison restait avant tout psychologique. Franchement, quel est donc l’intérêt de courir longtemps ? Courir pour traverser un passage piéton sur le point de passer au rouge, je comprends. Dévaler un escalier au galop et se précipiter dans les toilettes pour assouvir une furieuse envie, je comprends. S’infliger le supplice des jambes molles, du point de côté, des ampoules à chaque orteil et suer comme un lutteur de sumo en train de passer un examen dans un spa, l’a pô compris.

A en croire la grille des programmes de la télévision, les Japonais raffolent de marathon. Mon manque d’objectivité me laisserait même penser que tous les dimanches sont consacrés à la chose.

 
Image Hosted by ImageShack.us


Je conçois, difficilement, mais je conçois quand même que l’on puisse apprécier de participer à ce type d’événement. Je reconnais que les protagonistes font preuve d’un énorme courage surtout quand ils subissent l’humidité en été. J’éprouve plus de mal à saisir où réside l’intérêt de suivre l’affaire à la télévision mais cela n’engage que moi.

Ca change du baseball et du golf remarquez.

 

PS : Désolé Pascal. Sache que j’apprécie par contre beaucoup le jokari.
NB : Non, ce n'est pas une marathonienne sur la photo mais une jeune fille travaillant dans le temple de Tadotaisha.

A suivre...

Publié dans ABC