Douzième entrevue

Publié le par Ludo

Après mes parents, c’est au tour de Simon (traduit de l'anglais par mes soins).

 

Simon, bonjour.

Bonjour.

 

Pourrais-tu te présenter brièvement aux lecteurs d’Ougl ?

Je suis né en Nouvelle-Zélande, j’ai 32 ans et j’y vis à nouveau depuis peu. Je travaille à la bibliothèque municipale de Nelson à mi-temps et j’étudie en parallèle pour devenir prof de collège. Je mesure 1.82m et je suis blond aux yeux bleus.

 

Raconte nous ton aventure japonaise. Qu’est-ce qui t’a amené dans ce pays ? Combien de temps y as-tu passé et qu’y faisais-tu ?

Je suis d’abord venu par le programme JET après la fac. J’étais assistant professeur d’anglais dans des écoles publiques japonaises pendant cinq ans puis j’ai passé mes deux dernières années à enseigner dans une juku (cours du soir).

 

Image Hosted by ImageShack.us


Comment résumerais-tu tes années en tant qu’ALT (assistant professeur d’anglais) ?

J’ai passé trois années fantastiques en tant que JET dans une petite bourgade où l’on me faisait participer à tous les échelons de la communauté. Je passais plus de temps aux activités annexes qu’à enseigner.

Les deux dernières années en tant qu’ALT dans une autre municipalité manquaient d’intérêt à cause de l’attitude du rectorat et de leur vision de l’enseignement de l’anglais. Travailler dans une juku était vraiment gratifiant car c’était des classes plus petites et j’étais le principal professeur. Les enfants étaient motivés et c’était très agréable.

En ce qui concerne les anecdotes, je n’ai jamais aimé l’espèce de salut nazi que les élèves font au principal quand ils marchent au pas durant les événements sportifs. Je sais que cela n’a rien à voir avec Hitler mais c’est quand même bizarre.

Quand j’étais JET, j’allais dans toutes les écoles de la ville, y compris dans les jardins d’enfants. En été, quand il fait vraiment chaud, ils y font la sieste l’après-midi dans la classe. J’ai toujours adoré retrouvé mon futon pour taper un roupillon.

 

Maintenant que tu vis en Nouvelle-Zélande, regrettes-tu certains aspects du Japon ?

Je me suis rendu compte que mon travail au Japon était très simple. Enseigner ici nécessite beaucoup plus de labeur et de préparation. Mon ancien boulot me manque donc ainsi que quelques restaurants (ah les ailes de poulet !).

 

En parallèle, quelles sont les choses que tu te réjouis de ne plus voir ou connaître ?

Mis à part ce qui concerne mon travail, je suis vraiment ravi d’être de retour en Nouvelle Zélande. Ici il ne me prend qu’une dizaine de minutes pour aller à la plage ou dans la forêt etc. à partir de mon domicile. On peut se retrouver dans un lieu avec personne dans un rayon de plusieurs miles au bout de vingt minutes. Au Japon, il faut beaucoup plus de temps pour se déplacer et quand on arrive à destination, c’est noir de monde. J’en avais assez de la pollution, de la foule, et du manque de confort.

Ensuite, j’en avais marre que l’on me prenne pour une bête curieuse. Ici en Nouvelle Zélande, personne ne me dévisage ni me pose des questions stupides. On peut aussi avoir des conversations normales à propos de choses intéressantes. Au Japon, toutes se basaient sur les différences du genre : « Nous, on fait ça et vous, vous faîtes quoi ? ».

Enfin, tout est plus simple ici. Vous voulez Internet ? La connexion prend une matinée à mettre en place. Au Japon, je crois que j’ai dû attendre quatre semaines (NDLudo : cinq dans mon cas) ! C’est toujours compliqué pour un étranger au Japon et tout met beaucoup de temps.

 

Comment ton amie Heather s’acclimate-t-elle à ton pays ?

Heather a vécu aux Etats-Unis avant de partir au Japon dans le cadre du programme JET. Nous y avons fait connaissance et ne nous sommes plus quittés depuis. Nous avons tous les deux déménagé en Nouvelle Zélande l’année dernière. Elle s’y plait beaucoup. Elle a dans un premier temps travaillé dans un hôpital et elle bosse maintenant pour la fonction publique. Je crois qu’elle apprécie beaucoup mon pays car elle aime ses habitants, leur façon de vivre et leur humour etc. Quand elle rentre aux Etats-Unis, elle n’aime pas la manière superficielle dont les gens se traitent.

 

Quels sont tes loisirs ?

J’aime les jeux de cartes, la photo, les sports aquatiques, le tennis et le rugby.

 

Un message aux ouglonautes ?

A tous les Français : ne nous envoyez pas une équipe de troisième zone pour jouer contre les All Blacks, ils vont se faire massacrer (NDLudo : à l’heure où Simon m’a fait parvenir ses réponses, fin mai, les deux test matchs n’avaient pas encore eu lieu. Il avait vu juste) !!!


Prochaine entrevue avec Ian.

Publié dans Entrevues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :