Scandales. Oui, plutôt oui.

Publié le par Ludo

La politique n’intéresse pas la majorité des Japonais pour une raison simple : la sphère des hommes politiques est constituée en grande partie d’incapables, d’incultes, et d’irresponsables.

Peu d’hommes peuvent se targuer d’être restés longtemps au gouvernement et rares sont ceux dont le nom ait laissé une trace. Malheureusement, ce n’est pas forcément par la qualité de leur mandat que ceux-ci se sont illustrés. Voici pêle-mêle, quelques grands moments de politique nipponne.

Le Premier Ministre Yasuhiro Nakasoné au pouvoir entre 1982 et 1986, n’éprouva aucun scrupule à dévoiler ses tendances racistes quand un journaliste lui demanda ce qu’il pensait de l’économie américaine. Pour lui la récession de ce pays était due au fort pourcentage de population noire dans les villes et le succès de l’économie japonaise était dû à l’absence de minorités dans le pays. Une belle façon de se mettre en plus les immigrés coréens et chinois sur le dos.

Pendant la coupe du monde de football de 2002 que le Japon co-organisait avec la Corée du sud, beaucoup de paranoïaques craignaient un afflux massif d’étrangers qui allaient tout raser sur leur passage. Le mot "hooligan" ou plutôt furigan faisait peur. Un conseiller général de Miyagi, département qui allait accueillir trois matchs, Takayoshi Konno, déclarait le plus sérieusement du monde qu’il faudrait faire face à la hausse du nombre d’avortements puisque, c’était une certitude, de nombreuses Japonaises allaient se faire violer par ces hordes de voyous. Je cite : « Etant donné l'engouement exceptionnel suscité par cet événement, nous devons aussi nous préparer à faire face à l'éventualité de la naissance non-souhaitée d'enfants résultant des viols de nos femmes par des étrangers» !

Le premier ministre Yoshiro Mori, connu pour avoir « le cœur d’une puce et le cerveau d’un requin », en exercice de 2000 à 2001, se rendit célèbre pour ses innombrables gaffes. A l’instar de notre Jacques Delors et de ses aptitudes exceptionnelles dans la langue de Shakespeare, il se fit remarquer lors d’un sommet du G7 lorsque, voulant détendre l’atmosphère avec les différentes personnalités présentes, il demanda à Bill Clinton : « Who are you ? » à la place de « How are you ? ». Hilare, le saxophoniste lui répondit : « I am Hillary’s husband, and you ? ». Pas décontenancé pour un sou, il lui répondit par : « Me, too. ». Selon certaines sources cette conversation serait une pure invention lancée par un humoriste taiwanais. Cette vérité aurait pu innocenter la personnalité de notre Mori s’il n’avait pas traîné derrière lui une kyrielle de boulettes. Suite à un accident en mer entre un chalutier japonais et un sous-marin américain où 9 personnes (étudiants et professeurs) à bord du chalutier avaient péri, un reporter contacta le chef de l’état par téléphone. Il était occupé jusque là à jouer au golf, il venait d’ailleurs de terminer son troisième trou. Il lui répondit « Je ne suis pas en service en ce moment ! » et il finit tranquille sa partie. Interrogé une fois sur ce qu’il pensait de la guerre dans les Balkans, il répondit sèchement : « Cela ne se passe pas au Japon donc cela ne me concerne pas ! ». Quel tact !

 
Image Hosted by ImageShack.us


Il arrive, malheureusement trop souvent, que certains esprits peu scrupuleux abusent du système. Habitués à jeter l’argent des contribuables par les fenêtres et à vider les caisses du pays, le Ministère de l’aménagement du territoire et des transports
国土交通省 a encore fait parler de lui récemment. On a découvert que ses employés souffraient de stress ! Afin de rendre la vie plus facile à ses pauvres brebis, la direction a décidé de leur offrir une machine de karaoké ainsi qu’une vingtaine de fauteuils de massage, le tout atteignant une somme astronomique de 7.81 millions de yens… Pendant que vous en bavez au boulot, les fonctionnaires du ministère passent leur temps à rire au micro et à roupiller pépères. Et ce n’est pas tout, on a en plus découvert que cinquante fonctionnaires dépendant d’une autre branche du même ministère bénéficiait d’un budget spécial vacances de 80 000 à 90 000 yens par an (en plus de leur salaire bien sûr) pour partir s’amuser dans des endroits qui ne nécessitait sûrement pas un tel argent de poche (Expo universelle etc.).

En 1998, on appris que des employés haut-placés du Ministère des finances dépensaient les fonds publiques en se rendant régulièrement dans des no pan shabu-shabu. Vous connaissez le principe du shabu-shabu (sinon rendez-vous ici). Couplez-le avec des serveuses à moitié nues (sans culottes) et à des tarifs prohibitifs et vous comprendrez pourquoi les Japonais ne font plus confiance à l’Etat et que le taux d’abstention atteint de tels scores.

Très récemment encore, on apprit que le sous-secrétaire du ministère de la Défense Takemasa Moriya avait reçu pour 5 millions de yens de pots de vin qu’il utilisa pour se rendre deux fois par semaine au golf (pendant ses heures de boulot !) et se payer deux équipements complets…

Terminons cette liste par l’inimitable gouverneur de Tokyo en exercice depuis 1999, Ishihara Ier l’Odieux (de son vrai nom Shintaro Ishihara) dont les coups d’éclat sont légendaires :

En 1999 : après avoir rencontré l’Organisation pour l’éducation et les soins des handicapés physiques et mentaux sévères, il fit part de ses sentiments lors d’une conférence de presse : « Ces gens-là ont-ils une personnalité ? J’ai été choqué. Je n’en tirerai pas de conclusion mais je me demande ce que tout le monde en pense. Etre né dans cet état avec ce handicap en tant qu’être humain mais sans comprendre qui l’on est et sans espoir d’amélioration. J’imagine qu’en Occident, on s’en débarrasse. C’est une question de perception religieuse, je pense. Je me demande s’il ne serait pas plus louable d’utiliser l’euthanasie ».

En 2000 : « Les immigrés clandestins (NDOugl : sous-entendu les Coréens et les Chinois) commettent régulièrement des crimes affreux sur le territoire et si jamais une catastrophe naturelle devait frapper Tokyo, ils causeraient l’anarchie ».

En 2001 : « Les femmes qui ne sont plus aptes à concevoir ne servent à rien et le fait qu’elles vivent encore est un pêché. Les hommes sont encore capables de se reproduire à 80, voire 90 ans mais les femmes ménopausées ne peuvent plus avoir d’enfants. Ces femmes qui vivent aussi longtemps que Kinsan et Ginsan (NDOugl : deux jumelles qui ont vécu jusqu’à l’âge de 107 et 108 ans) sont vraiment un méfait pour la planète. Ce sont les vieilles qui sont les plus nuisibles à la civilisation ».

En 2004 : « Le Français n’a aucune place en tant que langue internationale puisque dans cette langue, on ne sait pas compter » (faisant référence à 70, 80 et 90).

En 2006 : « Roppongi (NDOugl : quartier de la capitale) est devenu une zone étrangère. Les Africains _ je ne parle pas des Africains-Américains, qui ne parlent pas anglais font ce qu’ils veulent. Cela conduit à de nouveaux crimes comme les vols de voitures. On ne devrait laisser entrer au Japon que des gens qui sont intelligents ».

Publié dans Ougl