« V » comme... II

Publié le par Ludo

Après le « T » de tsuchinoko, passons directement au « V » de :

 

V (bui)

 

Le son « V » n’existe à l’origine pas en japonais. On peut néanmoins l’écrire en katakana en ajoutant des tenten, deux espèces d’accent : au son u . On obtient ainsi cinq sons : va ヴァ, vi ヴィ, vu ,  ヴェ et vo ヴォ. Mon prénom Ludovic s’écrit donc rudovikku ルドヴィック. Ces syllabes ne comportent aucun problème de prononciation pour le Japonais moyen mais par habitude ou par paresse diront certains, on persiste à les prononcer ba , bi , bu , be et bo . La première fois que j’ai voulu acheter l’équivalent d’une carte orange pour mon boulot, on m’annonça que mon nom n’était pas pris en charge par l’ordinateur (l’appareil ayant apparemment été développé au Moyen Age). Il était impossible de mettre des tenten au u. On me demanda alors si c’était possible de le modifier. Depuis toutes mes cartes oranges portent le nom rudobi ルドビ, puisque histoire de bien écorcher le tout, on n’a pas pu faire entrer toutes les syllabes de mon nom et de mon prénom...


Image Hosted by ImageShack.us


D’autres mots continuent ainsi d’être assassinés : bayorin バイオリン pour violin (violon), boisuchatto ボイスチャット pour voice chat, bareebooru バレーボール pour volleyball, Windoozu bisuta ウインドーズビスタ pour Windows Vista etc.

Il est très difficile pour ne pas dire impossible de faire désapprendre à mes élèves ces mots. A chaque fin de cours, aux moments de salutations de rigueur, on me dit toujours sankyû beri macchi サンキューベリマッチ...

Si, comme je l’ai dit plus haut la prononciation des sons en V ne pose aucun problème, il en est tout autrement de la prononciation de la lettre V proprement dite. Plutôt que de dire vi, les Japonais emploient le risible bui ブイ totalement incompris à l’étranger.

DVD ne se dit donc pas dividi mais dibuidi ディブイディ.

 

A suivre...

Publié dans ABC