Tetris géant

Publié le par Ludo

Les 29 et 30 mars derniers, nous passions nos derniers jours dans notre appartement de Nagoya. Pendant les deux semaines qui précédèrent, nous fîmes le tri entre ce que nous allions vendre à des amis, jeter aux ordures, envoyer par bateau, prendre avec nous dans nos bagages dans l’avion et laisser à mes beaux-parents. Dans ce dernier cas, il nous fallut louer un camion pour deux jours. Afin de bénéficier des tarifs les moins chers, nous dûmes choisir un véhicule de petite taille, sans toit et Daishi se porta volontaire pour effectuer les aller-retours nécessaires, qui duraient chacun plus de deux heures.

Le jour-J, nous n’étions pas les seuls à déménager : des Brésiliens et un poste de radio qui passaient de la pop sud-américaine, avaient investi une partie du trottoir et chargeaient eux-mêmes une camionnette de taille similaire à la nôtre mais en ignorant totalement les règles élémentaires de sécurité routière puisqu’ils avaient empilé en dépit du bon sens des tonnes d’objets de grande taille sur une hauteur dangereuse, alors que certains bagages menaçaient de tomber sur les côtés. D’ailleurs, alors que je passais à proximité pour saluer Daishi qui venait d’arriver, une petite tablette tomba brusquement sur mon pied.

Très vite et naturellement, nous nous partageâmes les tâches : Naoko préparerait la sortie des différents articles et ferait le ménage, je les porterais jusqu’en bas via l’ascenseur et Daishi les rangerait dans le camion.

 

Image Hosted by ImageShack.us


Nous débutâmes par les plus gros morceaux : le meuble de bibliothèque, les chaises de la cuisine, la table-basse du salon et des petites étagères en plastique pour ranger les vêtements. Pour la deuxième cargaison, ce fut au tour du canapé (que nous livrerions dans la soirée à une copine de Naoko) et de notre télé plasma (que les parents de Naoko nous reprenaient). La dernière fournée de la journée fut consacrée à mon bureau de PC, à des tiroirs supplémentaires de vêtements, au porte-manteau, au lave-vaisselle etc.

Le lendemain s’avéra beaucoup plus tranquille, encore fallait-il tout faire tenir dans le véhicule : un capharnaüm d’objets divers, de la vaisselle, notre table en verre et surtout nos futon qui prenaient une place monumentale. Avec bien du mal, nous parvînmes à nos fins et Daishi put enfin réaliser son dernier parcours avant de rendre le camion. En tout, il passa plus de huit heures sur les routes. Un grand merci à lui !

Le 30 mars vers 15h, nous nous retrouvions avec un logement entièrement vide. Il ne nous manquait plus qu’à rendre les clés au propriétaire et immortaliser au moyen de mon appareil photo une dernière fois ce quartier qui m’avait accueilli pendant plus de sept ans. Adieu Nagoya.

 

A suivre...

Publié dans Back to the future