Downtown

Publié le par Ludo

Octobre 1995. Cela ne faisait pas deux semaines que j’avais foulé pour la première fois le sol japonais que je tombai par hasard sur une émission de la chaîne Kansai TV. C’était un dimanche soir à 20h00. Pendant quinze minutes, je fus pris d’un violent fou rire, le premier suscité par l’humour d’une culture différente. Je ne parlais pour ainsi dire pas du tout la langue à l’époque mais le comique visuel du sketch que j’avais eu l’occasion de découvrir m’avait émerveillé : du parfait non-sense. Je ne vous détaillerai pas ce chef d’œuvre puisqu’il en perdrait tout impact. L’émission avait pour nom Gottsu ee kanji ごっつええ感じet était présenté par un duo de comiques Downtown, constitué de Macchan et Hamachan.

Le premier, en costume cravate et au crâne rasé demeure un génie de la répartie alors que son compère, en tenue plus décontractée et au regard tueur, joue les rouspéteurs et les sadiques. Les deux font partie des célébrités les mieux payées du Japon. Ils animent un bon nombre d’émissions sur plusieurs chaînes différentes : Hey hey hey (où ils reçoivent des chanteurs pour des séances de talk-show irrésistibles), Lincoln (où plusieurs comiques se commettent dans des jeux stupides mais drôles), Downtown DX (où un parterre de célébrités discutent de leurs expériences) etc.

Image Hosted by ImageShack.us


Et puis vous avez Gaki no tsukai yaarahende ガキの使いやあらへんでqui chaque année propose « la punition ». Downtown, le duo Cocorico et le compère Yamazaki participent à une épreuve (sur 200 sushi, quels seront les premiers à tomber sur ceux qui contiennent une grande quantité de wasabi ? par exemple) où il ressort des gagnants et des perdants. Ces derniers se retrouveront donc lors de « la punition ». Ah « la punition » ! Un véritable moment de bonheur pour les téléspectateurs et un vrai cauchemar pour les participants. Vous avez par exemple celle qui consiste à jouer au loup pendant 24h dans un gymnase (un homme habillé de noir, le loup, vous poursuit et s’il vous attrape, vous devez subir le gage qui est écrit sur son costume : coup de pied de boxeur thaï etc.), l’hôtel où il est interdit de rire (sous peine de se voire infliger un coup de cravache ou une fléchette de sarbacane dans le séant)… Tout cela peut sembler un tantinet barbare mais je vous assure que cela vaut le coup. Vivement le prochain DVD de la série.

Bref, j’adule Downtown et je regrette vraiment que la plupart des comédiens de l’archipel ne soient pas de leur trempe.