Singes pinpon

Publié le par Ludo

Tirés de la série de jeux vidéo comique Sarugecchu (Ape Escape en Europe), les Piposaru déjà aperçus ici ressemblent à des singes en caleçon coloré avec un gyrophare comme couvre-chef. La popularité de la bête et la bonne humeur provoquée par leur sourire niais a poussé les gérants de machines à sous à investir dans la licence. Je ne parle pas ici de jackpot ou de pachinko mais des UFO catchers ou assimilés. Ces dispositifs que l’on retrouve dans toutes les foires du monde ne vous sont certainement pas inconnus : après vous être délesté d’une pièce, vous pouvez actionner une petite grue au moyen de deux boutons, en ne perdant pas de vue que les mouvements sont limités en nombre et en temps, afin de saisir au moyen des deux pinces molles la peluche convoitée.

Image Hosted by ImageShack.us


Il me semble que les appareils de ce type au Japon sentent nettement moins l’arnaque qu’en France puisque le taux de réussite parait supérieur ici. La qualité des lots se place une dizaine de cran au-dessus des immondes bestioles poilues à moitié poussiéreuses et rêches sans doute fabriquées pour dix centimes dans une obscure usine indienne et qui polluent les fêtes foraines d’Europe. Pas de sosies grossiers cousus à la va-vite de Pïkachu par exemple.

Et pourtant, rien n’y fait, ces machines sentent toujours aussi louches à mes yeux et cette peur de perdre mon argent pour rien me pousse à les éviter…

Publié dans Cas sociaux