Pas de fumée sans feux

Publié le par Ludo

Sur la route qui mène à l’un des supermarchés que nous fréquentons, on rencontre quatre feux. Trois régulent la circulation abondante de grands carrefours. Le quatrième ne sert rigoureusement à rien. Certes le trottoir est interrompu à cet endroit précis par une route mais dans n’importe quel cas similaire, un stop fait l’affaire. Allez savoir pourquoi, un type a trouvé judicieux de faire poireauter les piétons avant de les faire traverser une longueur de moins de deux mètres. Le chemin bitumé se prolonge sur une dizaine de mètres entre deux maisons et bifurque à gauche sur… une impasse ! Cela sent à plein nez le riverain maniaque, membre de la pègre, qui ne veut pas être dérangé par des hordes de piétons (il doit en passer une dizaine par heure) quand il sort sa Mercedes du garage.


Image Hosted by ImageShack.us


En près de cinq ans, je n’ai vu qu’une fois un véhicule sortir de là : une Mercedes justement, avec un drapeau japonais en autocollant sur le pare-brise, autrement dit le parfait yakuza.

La plupart du temps le feu reste vert et même quand il ne l’est pas, nous l’ignorons totalement (ou presque, nous restons prudents tout de même).

Publié dans Cas sociaux