Doh !

Publié le par Ludo

Ma première rencontre avec les Simpson remonte à ses toutes premières diffusions sur Canal +. A l’époque, le style graphique me rebutait beaucoup et il fallut plusieurs années pour que je commence réellement à éprouver un début d’intérêt.

Je ne devins qu’un afficionado en 1995 après avoir découvert la série en version originale. Je commençais ma première année au Japon et un de mes amis américains recevait tous les mois une VHS remplie à craquer de programmes cultes : Friends, que je venais à peine de goûter en France, les X-Files (dont j’étais déjà un grand fan) et The Simpsons.

Je ne sais pourquoi mais tous les épisodes de ces cassettes étaient excellentissimes, bien plus drôles que ceux que j’avais vus dans l’Hexagone. A posteriori, je crois bien que dans ses débuts la série (ce que j’avais vu en France donc) affichait un moralisme trop prononcé.

Après avoir vu les mêmes histoires en anglais, français et japonais, je suis en mesure de vous dire que le même soin a été apporté aux voix. Je dirais même que l’on retrouve de nombreuses similarités entre les différentes versions mais j’admets avoir un penchant pour la voix française d’Homer.

 

Image Hosted by ImageShack.us


J’aurais bien volontiers encensé plus encore ce dessin-animé si je n’avais pas découvert il y a quelques années le traîtement infligé aux habitants de l’Hexagone. Ce type de moquerie connu de tous les Américains n’est pas propre aux Simpsons mais a certainement été catalysé par ces derniers. Sachez que la blague favorite des Américains vis-à-vis des Français est de les traiter de « cheese-eating surrender monkey » que l’on traduit tant bien que mal par « singe mangeur de fromage qui capitule [sur le champ de bataille] ». Singe mangeur de fromage,  ce n’est pas faux mais pour le reste, franchement j’ignore d’où nous vient cette curieuse réputation d’utilisateur intempestif du drapeau blanc. De l’armistice de 40 ? De Dien Bien Phu ? D’Azincourt ? De Waterloo ? Si l’on peut effectivement compter plusieurs défaites dans l’histoire de notre pays, rien ne justifie cette appellation de tir-au-flanc. Comme je le fais d’ailleurs souvent remarquer aux quelques Américains qui osent me sortir ce genre de raillerie, ce n’est pas avec les 200 ans d’histoire des Etats-Unis que l’on se risquerait à ce genre de commentaire.


Ce sobriquet déplaisant tirerait en fait son origine du refus de la France de s’engager en Iraq. Si les mentalités concernant ce conflit ont changé, la formule, elle, n’a pas pour autant disparu.

Les Simpsons n’ont heureusement utilisé que de rares fois ces raccourcis mensongers et ils ne font que reprendre un courant populaire peu malin commun dans la culture populaire moderne d'outre-atlantique. Je me console en pensant qu’Homer n’est que l’archétype du Yankee de base et que d’autres pays subissent un châtiment similaire dans la série. Les Australiens sont tous des paysans incultes. Le Canada est surnommé « America Junior » etc. Si ces analogies me font rire, je suis bien prêt à pardonner celle sur la France... A condition qu’on ne me la ressorte pas en dehors d’une conversation sur les personnages de Matt Groening.

Publié dans Back to the future