Bases de la prononciation japonaise

Publié le par Ludo

Comparé aux langues européennes, le japonais ne comporte qu’un nombre limité de sons, ce qui le rend plutôt facile à parler, surtout pour un Français.

Voici la totalité de ces sons, tels qu’on les retrouve dans les alphabets syllabaires hiragana et katana (dont nous reparlerons). Ils sont parfois suivis de conseils permettant aux Francophones débutants de les dire facilement.

 

Image Hosted by ImageShack.us


Les seules difficultés tiennent aux syllabes ha, hi, he, ho et hya, hyu, hyo et leur « h » expiré ainsi qu’à ra, ri, ru, re, ro et rya, ryu ryo où le r roulé une fois ressemble au « l ».

Sa, su et so se prononce toujours pareil, quelle que soit leur place dans le mot.

Avec ces éléments, épatez vos amis et reprenez les quand ils disent Ozaka à la place d’Osaka, Nagazaki à la place de Nagasaki, bonzai à la place de bonsai.

Shiseido ne se dit pas shisheido et sushi s’écrit sans « c ».

Notez enfin que les sons ji et zu apparaissent deux fois. Ils se prononcent aujourd’hui exactement de la même manière mais s’écrivent en revanche différemment en hiragana ou katakana. Le n final ne prononce jamais seul mais couplé avec une autre syllabe.

Il reste deux petites notions, les voyelles allongées et les doubles consonnes, que nous traiterons lorsque nous parlerons de ces deux alphabets.

Publié dans Repères

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :