Le hiragana, deuxième partie

Publié le par Naoko

Comme promis, voici comment s’écrivent les sons composés. Ici, nous ne nous trouvons pas en face de nouveaux signes à proprement parler puisque la plupart utilisent de petits symboles supplémentaires.

Par exemple pour faire un ga が, il suffit de prendre le ka かet de lui adjoindre deux petits traits obliques communément appelés tenten (dakuten étant une appelation plus correcte). Il en va de même pour tout les sons dérivés de la même ligne. ki きdevient gi ぎ, ku く devient gu ぐ etc.

On répète le processus pour avoir za ざ à partir de sa さ, da だ à partir de ta た puis ba ば à partir de ha は.

Pour le son pa ぱ, dérivé de ha は au même titre que ba ば, on ajoute un petit rond appelé handakuten, que l’on ne retrouve que pour les sons voisins de « p ».

Autre combinaison : les sons terminant en « i » couplés à yaや, yu ゆ ou yoよ.

Ainsi pour kya きゃ, on prend ki き et on y ajoute un ya ゃ de petite taille. Pour gya ぎゃ, on prend ki き, on y ajoute un dakuten et on termine le tout par un petit ya ゃ.

Notez enfin, que les  hiragana entre parenthèses ne sont que très peu utilisés, car leur prononciation est identique à celle d’autres syllabes (par exemple ji じet ji ぢ).


Image Hosted by ImageShack.us


Petit exercice passionnant : saurez-vous déchiffrer les mots suivants ?

ばしょ (lieu)

ぎんが (galaxie)

げんき (en forme)

きんぎょ (poisson rouge)

じんじゃ (sanctuaire shintô)

ぜんぶ (tout)

じてんしゃ (vélo)

Résultats de la veille : sushi, sashimi, kaki, samurai, karaté, futon

 

Après-demain, nous verrons les dernières ficèles de cet alphabet.

Publié dans Repères