Lux(e), super rich(e)

Publié le par Ludo

Fin juin dernier, Naoko et moi-même furent conviés au repas de mariage d’une de ses collègues. Comme les us l’exigent, il est de bon ton de donner des cadeaux aux invités et histoire de ne pas faire de jaloux, on procède souvent par tombola. Nous eûmes le privilège de remporter un bon d’achat d’une valeur de 10000 yens (67€ environ) valable dans le restaurant de luxe où la fête se produisait.

Avant-hier donc, nous nous rendîmes dans cet établissement pour fêter mon anniversaire (qui par un curieux hasard a lieu aujourd’hui même).

Image Hosted by ImageShack.us


Dans une ambiance aussi sobre que sombre ou le silence n’était perturbé que par le son de la cascade au milieu de la pièce, nous prîmes chacun un menu à 5000 yens après avoir siroté respectivement un jus de pamplemousse à 650 yens (4.4€) et un panaché à 700 yens (4.7€) ! Notre choix se portait sur des boissons soft car les alcools coûtaient entre 1200 yens (8.1€) pour les verres de vin à 24000 yens (162€) pour les bouteilles les plus abordables.

Dans le plus pur style nouvelle cuisine qui colle systématiquement à la cuisine française au Japon, tous les plats offraient de minuscules portions bien décorées dans d’énormes assiettes, que ce soit pour l’entrée (jambon cru sur mozzarella industrielle et pesto), les sashimi, la bouchée de foie gras surmontée d’un okura pané, le roast-beef, les tagliatelles aux champignons et coquillages et le dessert.

Tout cela n’avait rien de désagréable mais pour une somme aussi élevée, nous aurions préféré une meilleure qualité. Dans le même registre, Liliane relevait d’un autre niveau.

Nous nous rattraperons à Yamachan ou à Daibutsu Korokoro la prochaine fois.