24 heures II : 8h56

Publié le par Ludo

Voir les épisodes précédents.

 

8h56

 

Je gravis les marches, plus ou moins accompagné par mes escortes. J’ai remarqué que ce sont toujours les mauvaises classes qui viennent me chercher avec du retard et pour lesquelles je ne fais aucun effort de précipitation puisque je me déplace à 80% de ma vitesse normale, c'est-à-dire 1.1 fois plus vite que ma vitesse de shopping. Pour les autres, je grimpe l’escalier au pas de course avec des enjambées qui ne manque pas d’impressionner les plus petits et d’épuiser les plus grands. Il est d’ailleurs amusant de constater que les batteries d’un enfant en bas âge demeurent bien plus performante que celles de leurs aînés. Je me suis souvent fait la réflexion suivante en voyant des gamins s’exciter comme des malades, courir dans tous les sens en hurlant et transpirer comme des bœufs pendant des heures entières : « Ben après ça, ils vont écraser sec ! » pour me rendre à l’évidence que l’énergie d’un pioupiou est inépuisable et qu’à ce petit jeu, ils nous auront tous.

Revenons à nos bêêê. Je débarque dans la salle de classe, attends quelques secondes que tout le monde regagne sa place et procède aux salutations. En anglais, je me contente de leur dire « Good morning » ou « Good afternoon » suivi d’un « How are you » et d’un « I’m fine thank you. Sit down please. ». J’ai toujours trouvé que ce cérémonial manquait singulièrement de naturel. Personnellement je me serais satisfait d’un simple bonjour en anglais mais il faut savoir que la procédure devient nettement plus robotisée pour les autres matières. Le nicchoku 日直 (responsable du jour) ou le gakkyuin 学級員 (chef de classe) va prendre la parole et demander à ses camarades de se lever par un kiritsu 起立 (debout !). Il va ensuite prononcer la formule qui présente le cours qui va suivre pour ceux qui n’aurait rien compris à leur emploi du temps : « A partir de maintenant démarre la première heure, le cours de calcul » puis va clore le tout par un onegaishimasu お願いします (toujours très difficile à traduire, disons que cette politesse s’adresse dans le cas présent au professeur en lui demandant de bien vouloir officier) ou par un rei (salutations) puis par un chakuseki 着席 (assis !) des plus militaires.

Image Hosted by ImageShack.us

 

9h40

 

La cloche sonne mettant ainsi fin à la première heure de labeur de la journée. Les cours ne durent que 45, voire 40 minutes en primaire contre 50 au collège. Heureusement car 50 minutes en primaire auraient déjà eu raison de mes nerfs.

Je regagne la salle des profs et profite des dix minutes de pause pour me préparer pour la leçon suivante.

 

10h35

 

C’est l’heure de la grande récréation de vingt minutes. En été, je me rafraîchis à l’aide de thé froid alors qu’en hiver, je soigne ma voix avec du thé vert chaud.

 

10h55

 

Il me reste deux heures à enseigner pour la matinée. Généralement il s’agit des plus éprouvantes, surtout la quatrième heure où les gamins, énervés et le ventre vide ont perdu toute concentration.

 

12h35

 

Quel délicieux repas m’attend aujourd’hui ?

 

A suivre

Publié dans Ecoles