Cinquième rapport de mission

Publié le par Ludo

Ma première simulation d’exercice de reconnaissance de terrain, en l’occurrence la jungle, s’est avérée un échec total. On devait me placer dans un espace d’apprentissage surnommé curieusement « bac de plante » afin que je pratique l’art du déplacement à pas feutré et du camouflage. Ce que j’ignorais, c’était que l’endroit se situe à l’extérieur du centre d’entraînement, dans une zone que je croyais interdite jusqu’à ce jour. A peine quelques secondes suffisèrent à me mettre mal à l’aise quand les responsables ouvrirent les portes. Le « bac » n’était pas bien loin mais pour l’atteindre, je devais traverser une étrange surface faite d’une non moins étrange matière blanche semblable à de la pierre mais très froide au touché. S’il n’y avait eu que cette épreuve à surmonter, j’aurais pu m’en sortir mais j’étais loin de me douter que l’extérieur du centre demeurait un lieu aussi périlleux : tout autour de moi une cacophonie effrayante et irrégulière contribuait à augmenter mon rythme cardiaque. Dans ce vacarme, je pouvais distinguer des cris de créatures jamais rencontrées, des voix ressemblant à celles des responsables mais beaucoup plus éloignées et un vent puissant qui me terrorisait. Mon sang ne fit qu’un tour et après quelques pas prudents sur la surface blanche, je fus pris de panique et me réfugiai à une vitesse étonnante dans l’enceinte du bâtiment qui m’avait servi jusque là de refuge. Je retenterai sans doute l’expérience une prochaine fois, il le faut si je ne veux pas passer pour un couard, mais je vais devoir me préparer psychologiquement afin d’affronter au mieux cette pénible épreuve.